Les nouvelles du Chalet de Rozan

Comment passer un bon séjour à Grenoble… sans aller à l’hôtel

Trouver un hôtel sympa à Grenoble ?

On a rien contre les hôtels et il n’y a aucun doute qu’il doit y avoir quelques très bons hôtels à Grenoble. Disons qu’on connait mal l’offre de logements de ce type donc on évitera de juger trop vite. Mais globalement, la qualité des bâtiments laisse parfois à désirer et beaucoup d’hôtels à Grenoble oublient de se mettre aux goûts du jour en terme de modernité.

  • Bon déjà, on évite les chaines de type Ibis, Mercure, Novotel ou autres établissements standardisés qui n’ont franchement aucun intérêt à Grenoble sauf si vous cherchez à tout prix à ne pas être dépaysé. Pourquoi si vous êtes de passage sans l’intention de découvrir quoi que ce soit mais si tel est le cas, vous ne seriez pas sur notre site.

  • Attention à la notion de proximité souvent indiquée dans les offres de logement. Hotel près de Grenoble peut signifier 5, 10, 20 voire 30kms qui deviennent vite un cauchemar étant donnés les embouteillages quotidiens. Dans l’agglomération, préférez les zones desservies par le tramway y compris si vous êtes motorisé.
  • Quelques hôtels de centre ville de Grenoble sont intéressants et bien notés sur les plateformes de réservation. Le Grand Hotel par exemple propose des prestations intéressantes qui semblent appréciées des clients. La déco et le confort sont tout à fait modernes et d’un certain style. Ça reste un peu froid mais la situation de l’hôtel est top.
    Le OKKO hôtel a retenu notre attention également par son style un peu novateur et une ambiance très sympa. La terrasse est très agréable et l’emplacement presque parfait. Ça reste un grand hôtel avec 138 chambres mais il est super bien noté.
  • En agglomération, le Château de la Commanderie à Eybens est aussi très bien noté. Bon faut aimer la déco d’un autre siècle, les dorures, les grands rideaux, les moulures énormes aux plafonds, etc. Mais le SPA n’a pas l’air désagréable. Bref c’est pas notre genre mais si vous aimez pourquoi pas !

Finalement, l’offre d’hôtels et d’établissements similaires est assez pauvres à Grenoble. On trouve peu de petits hôtels sympas à Grenoble. C’est également ce que nous indiquent nos clients qui nous appellent lorsqu’on est complets (c’est plutôt souvent !). Pour dégotter un hôtel sympa à Grenoble, il faut bien souvent s’éloigner de la ville.

Pour ce qui concerne le Nord de Grenoble, côté Grésivaudan : Grenoble Ile Verte, Meylan, Corenc, La Tronche – c’est le vide sidéral. Très peu d’offre d’hôtel et on aura pas beaucoup d’idées à soumettre à part de farfouiller sur Internet.

Chassez les à priori sur Grenoble

Grenoble souffre parfois de quelques préjugés. 

  • Non Grenoble n’est pas dangereux. Contrairement au discours d’un ancien président, Grenoble est une ville plutôt équilibrée qui fait face aux préoccupations de société que les villes de tailles similaires. Certains quartiers sont sans doute à éviter sans que cela soit gênant au quotidien.
  • Non Grenoble n’est pas un station de ski perdue dans la montagne. Grenoble se situe à 250m d’altitude max et il se trouve qu’elle est la ville la plus plate d’Europe ! Nous n’avons pas plus de neige qu’à Paris dans les plaines. Mais durant l’hiver, la neige n’est jamais très loin, accessible en voiture ou en bus pour le plus grand plaisir de tous.
  • Oui et Non Grenoble est polluée. Grenoble doit faire face à des sources de pollution de plusieurs origines : l’industrie, l’automobile et le chauffage. La géographie du bassin grenoblois ne facilite pas l’évacuation des polluants, en particulier dans les périodes de stagnation de l’air. Grenoble vit des pics de pollution lorsque les anticyclones estivaux durent trop longtemps sans vent ni pluie ou lorsque la couverture nuageuse hivernale provoque un inversement des températures. Mais ne dramatisons pas non plus, ces pics de pollution sont assez rare (1 ou 2 par ans) et de nombreuses actions concrètes sont menées par la collectivité pour améliorer la situation. Grenoble est une ville phare dans la lutte contre le réchauffement climatique. La pratique du “vélo-taff” est une des plus forte de France et la ville s’est engagée à devenir une zone de faible émission de CO2. Aussi, il faut reconnaître que nous avons l’avantage à Grenoble de pouvoir s’échapper facilement de la pollution des vallées.
  • Oui et Non Grenoble est moche. La ville s’est fortement développée dans les années 50-70 avec une apogée lors des Jeux Olympiques d’hiver de 1968. Chacun se goûts mais il faut reconnaître que l’urbanisme de cette époque a fait de gros dégâts. Le centre historique a su garder et valoriser son caractère ancien voire médiéval. Le centre piétonnier est très agréable et plutôt animé grâce notamment aux 70000 étudiants qui viennent rajeunir la population.
  • Non Grenoble n’est pas endormie. On n’entend peu parler de Grenoble dans les médias. C’est pourtant la 2e ville la plus anglophone de France après Paris, ce qui démontre un dynamisme et un attrait pour les étrangers. Les nombreux centres de recherche en science et médecine font de Grenoble un pôle de pointe en terme d’innovation et de technologies. Cet apport dynamise la vie culturelle qui est particulièrement riche.

Passer un séjour sympa à Grenoble

Vous venez pour visiter, pour travailler ou pour rendre visite à quelqu’un ? Dans tous les cas, vous devriez passer un bon séjour.

Grenoble, une grande métropole constituée de villes moyennes

La métropole de Grenoble réunit de nombreuses communes. Si on se limite à l’agglomération immédiate, l’ensemble constitue une ville relativement homogène et plutôt bien organisée. Certaines communes s’intègrent mieux que d’autres grâce notamment au tramway qui facilite les transports. Par exemple La Tronche est desservie par 3 stations de tramway dont la plus proche vous amène dans l’hyper centre de Grenoble (Musée, Place Notre Dame, Halles Saintes Claires) en 2 arrêts soit à peine 5 minutes !

Se déplacer dans Grenoble

On parle souvent des embouteillages et de la pollution grenobloise. Grenoble est une des villes qui a le plus développé les pistes cyclables et les vélos sont très nombreux à arpenter les autoroutes à vélo. En hyper centre de Grenoble, piétons et cyclistes sont rois. 

Au-delà de l’hyper centre, le tramway permet de se déplacer à tout moment de la journée très rapidement et de manière confortable. Le réseau de bus est efficace et certains peuvent amener jusqu’en montagne pour aller randonner, skier, grimper, ou simplement rentrer chez soi.

Par exemple le Bus 62, qui dessert un arrêt tout proche du Chalet de Rozan, relie le centre ville (Musée) jusqu’au Col de Porte. Il propose même de prendre des vélos à l’arrière ou dans la soute.

Question météo, on n’est pas mal.

Quand il fait mauvais, ça ne fait pas semblant mais ces périodes de grisaille se concentrent pour la plupart en hiver. Et il est toujours possible de s’échapper en altitude pour avoir la chance de passer au-dessus de la mer de nuage.
Mais la plupart du temps, le soleil est bien présent et plutôt généreux. Sur le coteau – côté Bastille et La Tronche – le soleil tape un peu plus fort et on est à l’abri des courants d’air. Le quartier du chalet de Rozan est surnommé “le Petit Nice” pour le micro climat qui règne et qui profite à une flore digne du sud de la France.

Activités sportives en journée à Grenoble

Les grenoblois un peu actifs s’en plaignent parfois. On arrive pas à tout faire !!! Randonnées, trail, vélo de route, VTT, escalade, via ferrata, parapente et tous les autres sports imaginables en montagne s’ajoutent aux sports praticables ailleurs.

Si on n’est pas motorisé, la plupart des sites sont accessibles en bus avec un peu d’organisation. Les transports en commun sont plutôt bien organisés et fiables.

Si vous n’avez qu’une chose à faire, bien sur la montée à la Bastille est incontournable. La montée est très agréable à pieds et vous pourrez par exemple monter d’un côté (par la Casemate par exemple) et redescendre par l’autre (le jardin des Dauphins). Une fois en haut, prenez le temps de visiter voir de monter jusqu’au Mont Jalla. Oui c’est fatiguant mais plus on monte plus la vue est prodigieuse !
Si vraiment vous insistez, vous pouvez prendre les bulles mais franchement… c’est plus joli vu de loin non ?

Activités culturelles dans la métropole Grenobloise

Mais oui, la vie culturelle grenobloise est particulièrement riche et variée ! Grenoble a la particularité de disposer d’un tissu de théâtre et salles de concert répartis sur tous les territoire de la métropole, y compris dans les villes de l’agglomération.

La Maison de la culture (MC2), la Belle Electrique sont les lieux les plus emblématiques parmi de nombreux autres qui valent le détour. La programmation satisfait tous les goûts.

Côté expos, Grenoble dispose de nombreux musées super intéressants. Le Musée de Grenoble trône dans le coeur historique de la ville  comme un poumon culturel et il est très apprécié des locaux et des visiteurs.

Shopping à Grenoble

Sans parler des rues commerçantes qui ressemblent aux autres centres villes, Grenoble se distingue par le nombre impressionnants de librairies de très grande qualité. A noter que faire du shopping dans les nombreuses rues piétonnes est très agréable. On vous déconseillera bien sur les centres commerciaux tels que “Grand Place” qui sont de pales copie de “Lyon Part-Dieu” ou autre horreur clonées sans aucun intérêt.

Production locale

A Grenoble, vous ne trouverez pas que de la Chartreuse et des noix ! Si vous prenez un peu le temps de vous balader en ville et sur les nombreux marchés, vous découvrirez des pépites d’ici et là. Bières brassées localement, artisanat d’art, fromages, etc. On ne peut que vous encourager à privilégier les producteurs locaux plutôt que les supermarchés nationaux.

Sortir le soir

La ville ne manque pas de possibilités festive et gustative. Il y en a pour tous les goûts en terme de bars, restaurants avec une ambiance globalement très sympa.

Les grenoblois

Comme partout, à Grenoble, il y a plein de gens sympas mais aussi des mois cools. La circulation étant difficile en voiture, les conducteurs sont facilement nerveux. Préférez les cyclistes qui ont toujours le sourire. Et franchement, les cons aiment bien se réunir aux mêmes endroits qu’on repère assez vite tellement c’est évident.

Au feu vert, pensez à vérifier quand même que personne ne grille le feu car cela est malheureusement fréquent.
Dans les commerces, prenez le temps. A Grenoble, on aime bien échanger un peu même si d’autres attendent derrière.

L’urbanisme grenoblois et en agglomération

On ne va pas faire un cours d’histoire géo. Pour faire simple, Grenoble se partage en 3 temps et 3 urbanismes qu’on peut bien observé en vue panoramique de la Bastille par exemple.

  1. Le centre historique de Grenoble s’étend autour de la cathédrale Notre Dame qui date du XIIIe siècle. Les rues du quartier historique sont pour la plupart très bien restaurées et surtout très animées. L’architecture de l’époque fonctionne encore très bien pour rendre la vie agréable, avec des zones abritées et des places ensoleillées. A l’autre extrémité du quartier historique, on trouve le jardin de ville – endroit très plaisant – puis l’Isère. Une passerelle piétonne donne accès à la rive droite anciennement quartier italien et désormais très branché avec ses bancs au bord de l’eau et ses nombreuses pizzerias. La rue Saint Laurent vient clore cette traversée stoppée nette par la montagne.

  2. Les nombreux quartiers et villes bâtis entre 1950 et 1980 sont une catastrophe urbaine. Sauf exception, ces passoires thermiques sans aucune homogénéité architecturale favorisent le mal-être, la délinquance et la mauvaise réputation de la ville. Des efforts considérables sont menés pour réhabiliter ces ratés urbanistiques mais Grenoble restera longtemps marqué par ce mauvais gout.
  3. Le développement récent plus pragmatique a redonné du dynamisme à Grenoble. Depuis les fameuses 3 tours et la construction du magnifique campus universitaire, Grenoble présente un visage nettement plus accueillant. Qu’on aime ou pas ces 3 tours, elles font partie du paysage et de l’identité de la ville. On les voit d’ailleurs parfaitement bien du Chalet de Rozan ! Ces tours représentent les capacités d’innovation de la ville et ont été des modèles pour des tours anti sismiques dans le monde.
    La construction progressive du tramway a aussi considérablement amélioré le visage et le confort de la ville.

Déplacements et parking à Grenoble

Voilà un sujet qui fait débat à Grenoble. Soit on aime, soit on déteste les évolutions de la ville ces dernières années. En déplacement à Grenoble, la voiture est à la fois indispensable pour profiter des environs et aussi malvenue en centre ville.

Des parkings pas si mal à Grenoble

Même si les grenoblois râlent souvent, les parkings du centre ville sont plutôt bien répartis et organisés.

  • Quelques “parkings relais” à chaque extrémité des lignes de tramway permettent de laisser sa voiture gratuitement en échange de l’achat d’un titre de transport. Certes rapidement complets, ces parkings sont bien pratiques.
  • Des parkings sous-terrains un peu partout permettent de mettre les véhicules en sécurité et vous évitent le stress du ticket d’horodateur. Sachez que certains magasins et cinéma vous rembourse (partiellement ou totalement) le ticket de parking comme à la Caserne de Bonne par exemple.
  • Se garer sur la voirie est à éviter en journée. Le stationnement dans la rue est dans la ligne de mire de la mairie dont le but est de favoriser les déplacements doux  et aussi de favoriser les stationnements courts pour les commerçants. L’amende minimum est de 35€ gloups. Le tarif en voirie n’est pas forcément moins cher qu’en parking souterrain.
  • Le parking Mistral de l’anneau de vitesse (Boulevard Clémenceau) est sans doute le dernier à être gratuit. Ne le répétez pas trop car on trouve encore assez facilement de la place et 5-10 minutes de marche amènent très vite dans l’hyper centre.

Alors on a le droit d’être pour ou d’être contre, mais oubliez l’idée de vous garer devant une boulangerie pour vous acheter un sandwich. Cette petite contrainte apporte un vrai sentiment de bien-vivre en centre ville à condition de marcher ou pédaler un petit peu.

Des déplacements contrastés

Grenoble est coupé en 2. Les quartiers / villes desservies par le tramway et les autres. La tramway fonctionne super bien, y compris tard le soir et les week-ends. Le réseau est désormais étendu, fiable et pas très cher.

En complément des lignes de tram, La métropole a mis en place des lignes express qui peuvent faire de grandes distances très rapidement avec des voies réservées et une bonne fiabilité. Leurs fréquences sont plus fortes aux heures et jours de pointe. Dès qu’on s’éloigne du centre ville, les transports en commun sont moins concluant. Notamment les lignes SNCF entre Lyon et Grenoble et entre Chambery et Grenoble.

Le vélo est ROI à Grenoble

Grenoble est la ville la plus plate d’Europe. Donc il n’est pas nécessaire d’avoir fait le Tour de France pour se déplacer en vélo à Grenoble. Tous les efforts sont déployés pour récompenser les cyclistes même si ça ne parait jamais assez. Le point noir reste le vol de vélo, qui est sans doute une des activités favorites de certains habitant bien avant le ski ! Attention également aux automobilistes aux comportements parfois irresponsables et dangereux…

Quoi qu’il en soit, arpenter la ville de Grenoble en vélo est un excellent moyen de visiter rapidement et de gagner du temps.

Grenoble et les 4 massifs montagneux

Si peu de grenoblois connaissent leur chance d’être entourés de 4 massifs montagneux chacun aussi majestueux, sauvage, préservé et contrasté. Pour ceux qui crapahutent un peu, le terrain de jeu est presque infini. Pour nos visiteurs, c’est autant de bonnes raisons de revenir en été, en hiver et l’année suivante !

Le massif de la Chartreuse

Non ça ne se boit pas, c’est bien une montagne. La notoriété du massif est moins grande que la liqueur du même nom. Le massif de la Chartreuse est pourtant le plus facile d’accès depuis Grenoble. A La Tronche, on est déjà un peu en Chartreuse tout en étant en ville ! La route de Chartreuse nous amène en quelques minutes au Sappey et en 15-20 minutes au Col de Porte. Ce col représente la véritable entrée dans le massif à proprement parlé. Nous préconisons à la plupart de nos clients d’aller y faire un tour, été comme hiver, il y a plain de choses à faire pour tous les niveaux de pratiques de sports de montagne, y compris le tourisme !

Ski nordique, ski alpin, raquettes, randonnées à skis ou à pieds, escalade, biathlon et même chiens de traineau ou cueillette de champignon. La Chartreuse a ça de magique. Elle assouvit autant les attentes d’un alpiniste que celles d’un touriste, celles du chasseur celles que du promeneur du dimanche.

La Chartreuse a un côté montagne à vache dont il convient de se méfier quand même car elle abrite de falaises, des trous et des forêts interminables sans aucune source d’eau. C’est aussi sans doute le massif le plus “habité” et encore bien vivant de l’exploitation agricole. On y trouve notamment d’excellents fromages !

De Grenoble, les locaux (sportifs un peu bourrins) n’hésitent pas à monter la route du Charmant Som en skating avant le lever du jour ou le sommet de Chamechaude en skis de randonnées avant d’aller travailler. Drôle de pratique mais honnêtement, la montée de Chamechaude au lever ou au coucher du soleil a quelques chose de surréaliste tellement c’est beau, sauvage et pourtant tout près de la ville.

Nous mettons à disposition pas mal de topos de randonnées. Et à tout le monde on recommande d’aller à l’auberge du Charmant Som et sa ferme attenante qui vend les fromages des vaches bien présentes dans les alpages environnants.

Le massif de Belledonne

En face du Chalet de Rozan, le massif de Belledonne nous donne son spectacle matins et soirs et on ne se lasse jamais d’observer les teintes de vert, de blanc, de rose, d’orange, de bleu selon les heures de la journée depuis la terrasse de la maison. Comme le font remarquer la plupart de nos clients, la vue du Chalet de Rozan est extraordinaire. Merci le massif de Belledonne, il était là bien avant nous !

Le massif de Belledonne est majestueux et très imposant. En culminant à la limite des 3000m, ce massif est plutôt compact et impénétrable aux non initiés. Aucune route ne le traverse et c’est très bien comme ça. Donc les routes qui y mènent se terminent toutes par un parking pour dire adieu à sa voiture. Au-delà, c’est dame nature qui décide et on peut dire qu’elle a fait ça bien. Contrairement à la Chartreuse, Belledonne ne manque pas d’eau. Des dizaines de lacs agrémentent les randonnées à faire été comme hiver.

Les randonneurs des environs apprécient de faire un bivouac au bord d’un lac avant d’aller arpenter les sommets en observant bouquetins et chamois. Au-delà de 2000m, tout est minéral, peu de végétation résiste à l’altitude mais la faune reste abondante. Marmottes, Chamois, Bouquetins, Lagopèdes et Gypaètes se partagent le territoire.

Au Chalet de Rozan, on aime bien recommander aux moins aguerris la montée au lac du Crozet et un dîner à l’auberge de Freydière La Gelinotte. Encore un endroit en dehors du temps et à 30 minutes à peine de Grenoble.

Le massif du Vercors

Un chouilla plus loin comme on dit par ici. Rajoutez 15 minutes et vous êtes sur le plateau du Vercors. Dépaysement assuré, encore un massif qui a sa personnalité bien distincte de la Chartreuse et de Belledonne.

Le massif du Vercors est un vaste plateau entre 1000 et 2000m environ fait de roche et d’une végétation qui nous indique qu’on est déjà dans le Sud. Peu d’eau ici non plus puisque le calcaire est trop perméable pour garder l’eau en surface. Cela fait le bonheur des spéléologues. Moins drôle, ces cachettes naturelles ont été aussi bien utile aux résistants de la région durant la seconde guerre mondiale.

Le Vercors est moins notre terrain de jeu bien que la vue sur ce massif depuis le chalet de Rozan n’est pas si mal. C’est plus la traversée de Grenoble qui nous retient que la montée sur le plateau. Une fois là-haut, hiver comme été, on ne s’ennuie jamais. Temple du ski de fond avec le plateau de Gève, Bois Barbu, Corrençon, Autrans et Méaudre, on peut aussi quand la neige manque pratiquer l’escalade, le trail, la randonnée, l’accrobranche.

Dernier point et pas des moindre, on y mange super bien. Le fromage du Vercors est excellent, comme la bière locale et les ravioles de Romans.

Pour nous, le Vercors est la porte vers le Sud. On pousse volontiers jusqu’au Diois voire le Triève où il fait bon vivre.

Le massif du Taillefer

Attention, même certains Grenoblois le confonde avec Belledonne ou les Écrins. Mais non, ce (relativement) petit massif est bien isolé entre des vallées plus ou moins hautes qui le délimitent.

Le sommet de ce massif qui porte son nom est très fréquenté surtout l’été mais un peu l’hiver aussi. L’accès est relativement aisé surtout en prévoyant un bivouac ludique au bord d’un des lacs du plateau des lacs (fourchus mais chut il parait qu’on n’a plus le droit des les appelés comme ça).

Sans forcément viser le sommet, de nombreuses balades, randonnées, via ferrata sont accessibles depuis L’Alpe du Grand Serre ou Ornon.

La partie Sud du massif est moins facile d’accès et beaucoup plus sauvage avec des sommets qui frôlent les 3000m et qui demande d’avoir le pied alpin…

L’UT4M : ultra trail des 4 massifs

Grenoble compte un certain nombre d’ultra traileurs, c’est à dire des humains qui courent (volontairement) d’une seule traite plus de 80kms en montagne, en semi-autonomie, avec donc quelques ravitaillements.

On connait l’UTMB autour du Mont Blanc. L’UT4M est l’équivalent local mais comme le grenoblois est très fier, il a conçu la course un peu plus longue et un peu plus dure. C’est donc 171kms et plus de 11000m de dénivelé positif…

On pourra en parler plus longuement quand vous viendrez au Chalet de Rozan, votre hôte a terminé la course plusieurs fois !

Situation de La Tronche à Grenoble

L’emplacement idéal à Grenoble

Lorsque nous sommes arrivés à Grenoble en 2014, en bons citadins, nous nous sommes mis en quête d’un beau grand appartement familial en centre ville avec – nécessairement – une terrasse vue montagne. Suite à des recherches infructueuses pour réunir le beau, le grand et la vue montagne en centre ville, nous voilà contraint d’élargir le périmètre à la “proche banlieue”. Pour anticiper les besoins des enfants, nous ciblons Seyssins et La Tronche car les 2 villes répondent à 2 critères imparables : tramway + accès montagne rapide.

C’est finalement à La Tronche que nous avons eu le coup de coeur pour une maison à peu près en ruine mais surplombant la ville dans un calme étonnant si près du centre. Seyssins est séparé de Grenoble par l’autoroute et l’Espace Comboire, l’un et l’autre étant hideux et bruyants. De plus, Seyssins donne un accès assez rapide à la partie Sud de Grenoble qui n’est pas la plus intéressante.

La montagne à la ville au bord de l’Isère

La Tronche est séparé de Grenoble par l’Isère, exactement à l’endroit où cette belle rivière fournit des berges aménagées pour les piétons. De plus, le quartier côté Grenoble proche de l’Isère est le quartier historique le plus intéressant. 2 arrêts de tramway seulement séparent La Tronche de “Notre Dame Musée”, hyper centre de Grenoble.

Ces aspects que nous n’avions pas forcément identifiés de manière évidente au début, apportent un vrai confort de vie au quotidien, que ça soit pour nos enfants qui vont chaque jour au lycée de Grenoble centre, ou pour nous et nos clients.

Le coteau plein Sud et son micro climat

Nous avons souri les premiers temps en entendant les locaux parler de petit Nice pour désigner le quartier de la Vierge Noire et du Coteau à La Tronche. Il faut reconnaître que le quartier est protégé par le massif de la Chartreuse des vents du Nord et profite d’un ensoleillement optimal. Il n’est pas rare de voir Grenoble plongé dans la brume quand le soleil point sur le Chalet de Rozan.

L’hiver, la température ressentie est un peu plus douce qu’en fond vallée du fait de la moindre humidité. Et l’été la végétation encore assez dense fonctionne comme un climatiseur naturel pour nous faire gagner quelques précieux degrés.

Alors de là à parler de Petit Nice, on dira simplement qu’il fait bon vivre chemin du coteau à La Tronche, si près des plus chouettes quartiers de Grenoble et déjà en Chartreuse.